Bref historique

Les origines de PIMO

PIMO est fondé en 1986 suite à l’expérimentation d’un projet pilote d’accompagnement et d’intervention développé par le NIC (aujourd’hui appelé Ex aequo) intitulé « Aventure dans la vie courante ».

Voici quelques extraits du rapport déposé en fin de projet donnant un aperçu de la philosophie qui prévalait et qui est demeuré toujours présente au fil des années :

« Aventure dans la Vie Courante, comme le dit la publicité, offre un service d’accompagnement pour tous genres de sorties, le jour, le soir et les fins de semaine. Notre projet vise à favoriser et soutenir l’autonomie physique, sociale et morale des personnes handicapées. Cette publicité pourrait à la limite être interprétée dangereusement. Mais peu importe, elle dit bien ce qui en est, et en ce sens, elle est à l’image de ce que nous voulons développer comme service, un service qui donne le choix, un service qui est offert avec le moins possible de réserves et de restrictions. » (p.45)

« En effet, essayez un peu d’imaginer quel est l’éventail de possibilités de sorties qu’offre une ville comme Montréal. Des endroits à la mode jusqu’aux endroits moins fréquentables, de l’orchestre symphonique à l’orchestre rock en passant par la Ronde ou la boîte à chansons, des terrasses très « in » aux bars très… enfin jusqu’aux bars. C’est aussi être disponible au quotidien : l’épicerie, le magasinage, les rendez-vous médicaux. Finalement, c’est comme ouvrir une porte sans trop savoir jusqu’où cela peut vous entraîner. » (p.46)

Un organisme tenu à bout de bras

Reposant essentiellement sur des programmes d’employabilité et sur du bénévolat, PIMO naîtra dans des conditions difficiles, faisant face à un roulement important de son personnel. Des levées de fonds seront organisées et connaîtront un certain succès mais ne suffiront pas à sortir l’organisme de son impasse financière.

En guise d’exemple, une entente avec les Expos visant à partager les recettes de la vente de billets a permis d’amasser 3000 $, un succès à l’époque.

Soulignons que suite à cette activité, une trentaine de sections dispersées tout autour du terrain de baseball ont été aménagées pour accueillir les personnes en fauteuil roulant et leurs accompagnateurs, ce qui constituait un premier pas vers l’accessibilité universelle.

PIMO vole de ses propres ailes

En 1996, PIMO ferme temporairement son service pour procéder à une restructuration. Avec l’aide du NIC, l’organisme va réussir à obtenir son accréditation du Programme de soutien aux organismes communautaires (PSOC) et un financement récurrent. Plus tard, il se voit accorder une subvention du Secrétariat à l’action communautaire autonome (aujourd’hui le SACAIS). Ces fonds permettront à l’organisme d’embaucher du personnel salarié et de quitter le NIC pour emménager dans ses propres locaux.

Le début de la concertation

L’arrivée d’un nouveau bailleur de fonds en 2001 va permettre à PIMO de s’investir plus à fond dans des activités de concertation. En 2002, l’organisme joint la Table accompagnement puis, plus tard, les tables transport et maintien à domicile du ROPMM.  En 2006, PIMO engage une ressource à temps partiel entièrement dédiée à la promotion et à la concertation.

PIMO amorce une réflexion sur son avenir

Pour mieux se consacrer à sa mission première, PIMO se retire de la Table Maintien à domicile et réactive la Table accompagnement désinvestie par les regroupements occupés avec d’autres priorités.

PIMO profite de son 20e anniversaire pour se doter de nouveaux outils promotionnels. Un événement théâtral présenté au Musée McCord vient souligner l’anniversaire de PIMO tandis qu’une vidéo faisant la promotion de l’accompagnement sera produite et présentée au Congrès Réhabilitation Internationale.

Après les festivités, l’organisme amorce une réflexion stratégique en vue d’assurer, en accord avec sa mission, le développement de ses services sur toute l’île de Montréal.

PIMO contribue à l’inclusion de l’accompagnement dans la Politique À part entière

Avec la Table accompagnement, PIMO convainc l’OPHQ d’inclure le thème de l’accompagnement parmi les problématiques à traiter dans le cadre des travaux de mise à jour de la Politique À part égale. Ceux-ci mèneront, en juin 2009, à l’adoption de la Politique À part entière : Pour une véritable participation sociale qui inclut parmi ses huit priorités, le développement de services d’accompagnement structurés partout au Québec.

Parallèlement, PIMO coordonne une étude sur les besoins et services en accompagnement pilotée par la Table accompagnement. Lancée en juin 2010, l’Étude conclut à un écart important entre les besoins et les services offerts et témoigne des besoins en accompagnement des personnes ayant différents types d’incapacités.

Le développement du modèle d’offre de services régional en accompagnement

À l’issue de sa réflexion stratégique, PIMO opte pour une approche inclusive : le développement de l’offre de services en accompagnement pour les personnes handicapées motrices passe par une offre globale ciblant l’ensemble de la population ayant des besoins en accompagnement.

PIMO développe alors un premier modèle d’offre de services à être expérimenté dans le cadre d’un projet pilote et réalise une tournée auprès de 25 organismes représentant les différents types d’incapacités concernés par les besoins en accompagnement afin d’obtenir leur avis et appui.

Suite à cette tournée, PIMO développe un 2e modèle et décide d’associer la Table accompagnement à sa démarche, espérant encore bonifier son modèle et obtenir un appui fort pour sa mise en oeuvre. Par la même occasion, PIMO propose d’élargir la Table à l’ensemble des intervenants concernés par la problématique de l’accompagnement.

Passant de 4 à 25 membres, la Table élargie se donnera pour objectif premier de concevoir un modèle d’offre de services régional en accompagnement à partir de la 2e proposition de PIMO.

Dans la même foulée, PIMO se dote de nouveaux outils promotionnels (brochure informative, dépliant, affiche, vidéo en format DVD Pour le droit à l’accompagnement, site web).

Le projet pilote « Pour une offre régionale en accompagnement »

Un comité de travail issu de la Table accompagnement peaufine le modèle sur lequel le projet pilote de PIMO doit s’appuyer. Des démarches sont réalisées pour documenter la demande potentielle en matière de services d’accompagnement sur l’île de Montréal.

La Table donne un appui fort à PIMO pour l’expérimentation du projet pilote peaufiné par le Comité « modèle ».

Grâce à la contribution de Ressources humaines et développement des compétences du Canada (RHDCC), de l’OPHQ et du Ministère de la Famille et des aînés (MFA) et la collaboration de plus d’une vingtaine de partenaires, PIMO a pu réaliser son projet pilote sur le territoire d’un CSSS montréalais.

Fort d’une évaluation positive, PIMO a décidé d’aller de l’avant en vue d’une mise en oeuvre sur toute l’Île de Montréal. Une demande en ce sens ciblant les aînés a été déposée au MFA. Le projet « Soutenir la mobilité des aînés » qui a été accepté sera mis en œuvre dès les prochains mois avec la collaboration des CIUSSS et centres d’action bénévole de l’Île de Montréal.

Nous espérons qu’à l’issue de ce projet, en 2019, le gouvernement acceptera d’investir les sommes nécessaires en vue d’assurer la viabilité de cette nouvelle structure régionale et l’offre de services à l’ensemble des personnes de 15 ans et plus qui ont besoin d’accompagnement à Montréal et ailleurs au Québec.

Campagne de promotion ON SORT ENSEMBLE !

En 2017, grâce au financement de l’OPHQ et à la collaboration de la Table accompagnement, PIMO a lancé la campagne de promotion ON SORT ENSEMBLE ! Pour un accompagnement à part entière, afin de sensibiliser la population et les élus aux besoins d’accompagnement des personnes qui ont des limitations fonctionnelles.

PIMO et ses partenaires espéraient pouvoir convaincre le gouvernement de donner suite à sa Politique en investissant les sommes conséquentes.

Une pétition a été rédigée, diffusée et mise en ligne sur le site de l’Assemblée nationale du 22 février au 22 mai 2018.

En tout, près de 4 000 signatures ont été recueillies.

Amorcée pendant la Semaine Québécoise des personnes handicapées (SQPH) 2017, la Campagne se concluera avec le dépôt des signatures à l’Assemblée Nationale du Québec, juste avant la SQPH 2018.